Tout lâcher et oser se lancer...

Publié par
Stéphanie Etienne

En voyant toutes ces réussites dont nous abreuvent les médias et internet, qui ne s’est jamais dit « je quitte tout et je lance ma boîte » ?  Plus facile à dire qu’à faire en réalité. Et le lundi suivant, on est de nouveau devant la machine à café à papoter du weekend avec notre collègue préféré.
Quelques pistes à ne pas négliger la prochaine fois que l’envie se fait sentir…


 

Vous avez une idée ?

Vouloir être son propre patron, c’est bien. Encore faut-il avoir une idée et surtout, une idée qui fonctionne.
Pour savoir si votre projet est bon, une seule solution : l’étude de marché. Elle vous permettra de déterminer la faisabilité de votre projet. On vous conseille aussi d’en parler à votre entourage, famille, amis, collègues, … Vous aurez déjà une bonne idée globale s’il tient la route ou pas du tout.

En avez-vous les moyens ?

Deux points importants :

  • comment avez-vous envisagé de quitter votre boulot actuel ? Rendre votre démission, trouver un accord avec votre patron, demander un congé spécial le temps de lancer votre boîte, le licenciement (pour raison économique par exemple). Renseignez-vous si vous avez droit à des indemnités de chômage ou à d’autres aides qui seraient les bienvenues. Ce choix va dépendre de la situation – économique et sociale – de chacun.
  • financièrement parlant (car oui, peu sont ceux qui peuvent vivre d’amour et d’eau fraîche), avez-vous été en mesure de vous constituer un certain capital ? Avez-vous des investisseurs prêts à vous aider ? Vous lancez seul ou avec d’autres collaborateurs pour diviser les coûts ? Toutes ces questions sont primordiales.
Etre son propre patron.

C’est super de ne plus avoir de patron à qui rendre des comptes et pouvoir gérer vos journées comme vous le désirez mais c’est quoi être chef d’entreprise au juste ?

 

Il ne sera plus question de laisser de côté les tâches que vous appréciez le moins.

  • Vous n’êtes pas fan d’administration et de papiers ? Plus le choix, il vous faudra assurer un minimum au risque de voir s’accumuler des courriers importants.
  • Vous n’êtes pas à l’aise sur un pc ? Sans devenir un geek, il vous faudra tout de même apprendre à gérer une boîte mail, un compte Facebook et savoir utiliser des programmes comme Excel ou PowerPoint.
  • Séduire vos clients potentiels. Sans ça, impossible de vendre votre produit aussi bon soit-il. Si vous n’avez pas la fibre du « vendeur de l’année », on vous rassure, cela se travaille avec un bon coaching.

Restez informé

Inscrivez-vous pour recevoir nos actualités dans votre boîte mail.