Local hero

Nazka Mapps : des cartes interactives à l’impact sociétal

À deux pas de la gare de Louvain se trouvent les bureaux de Nazka Mapps, entreprise créée par trois bio-ingénieurs et amis : Han Tambuyzer, Ides Bauwens et Nicolas Dosselaere. À l’aide de leurs cartes sous forme d’applications interactives, ils désirent influencer positivement la société actuelle et future. De leurs sessions de brainstorming dans une caravane à leurs incroyables projets, laissez-vous inspirer par leur parcours impressionnant.

Comme un air de Google Maps

Le nom de l’entreprise Naska s’inspire des lignes de Nasca au Pérou. Ces sillons ont été creusés il y a plus de 2 000 ans par les Nascas, une tribu indienne, et forment — si on les regarde du ciel — des dessins simples, mais gigantesques. « Le concept épouse parfaitement notre approche », explique Han. « Il faut dézoomer pour avoir une vue d’ensemble, une plus grande perspective, tout comme avec les cartes ». « Nazka Mapps est un peu comme Google Maps, mais avec plus de données », explique Ides. « Ces données sont rendues accessibles de sorte qu’il ne faille pas être un expert pour pouvoir interpréter nos cartes interactives. »

Nous voulons apporter une vision durable à la société
Nazka : des cartes qui comptent

La devise de Nazka est la suivante : « ‘We make maps that matter ». Les fondateurs veulent créer des cartes qui ont un intérêt et un impact sociétal. « Nous voulons apporter une vision durable à la société, raison pour laquelle nous travaillons essentiellement sur des thématiques telles que la mobilité, la santé et le climat », raconte Han. « Nous avons par exemple développé notre propre produit, une application appelée aircheckr », ajoute Ides. « Cette dernière nous permet de générer des données sur la qualité de l’air, et ce, à un niveau très précis comme celui d’une rue par exemple. Nous proposons aux entreprises de la réutiliser dans d’autres applications. Vous pouvez donc, grâce à nos données, vérifier à quel point l’air sur votre trajet est sain, par exemple ». Les entrepreneurs estiment que le recyclage des données est extrêmement important. « Nous avons pu remarquer chez notre ancien employeur que les données restaient souvent dans un placard une fois le projet terminé. C’est tout simplement un crime ! », continue Han.

Parallèlement, Nazka a aussi développé le Global Wind Atlas. « Grâce à cette application, vous pouvez, entre autres dans les pays du tiers-monde, chercher les meilleurs endroits où construire un parc éolien », explique Ides. Grâce à leur projet Naar jobs in de haven (« à la recherche d’un job dans le port » en français), les chercheurs d’emploi à Anvers peuvent voir comment arriver — littéralement — aux différentes entreprises proposant des offres d’emploi dans le port. « Nous avons combiné les données du VDAB, de la ville et du port d’Anvers, ce qui vous permet de comprendre en un clin d’œil comment vous rendre au mieux aux différentes destinations », explique Han.

Brainstormer dans la Nazkaravane

Les trois amis ont étudié ensemble et travaillé dans la même entreprise jusqu’au jour où ils ont décidé de se lancer et de prendre leur destin en main. « Nous avons passé quelques week-ends d’affilés à brainstormer dans une caravane dans les Ardennes. C’était très sympa », raconte Ides en riant. « C’est là, dans la “Nazkaravane” que notre idée a vu le jour. Malgré notre formation de bio-ingénieurs, nous avions de très bonnes compétences en communication — ce qui ne va pas de soi dans le domaine IT — mais pas d’expérience en informatique. Du coup, nous nous sommes d’abord formés afin de pouvoir porter nos premiers projets de manière indépendante. Dès que nous avons atteint notre limite, nous avons commencé à engager de vrais développeurs », explique Han. « Trouver les bonnes personnes est d’ailleurs notre plus grand défi. Les compétences spécifiques que nous recherchons sont très demandées », ajoute Ides.

Suivre ton propre rythme

Si Han et Ides travaillaient auparavant comme employés, le statut d’indépendant possède selon eux bien plus d’avantages. « C’est tellement agréable de pouvoir remplir ton emploi du temps à ta guise et de déterminer ton propre rythme — surtout quand tu as une famille. Vous ramenez évidemment pas mal de projets professionnels à la maison et avez de plus grandes responsabilités, mais la satisfaction est aussi bien plus grande », explique Han. « J’ai décidé de sauter le pas au moment où j’ai déménagé et eu mon second enfant. Tout a changé dans ma vie à ce moment-là… Sauf ma femme, bien sûr ! », raconte Ides en riant.

L’environnement et le règlement de travail de Nazka sont eux aussi plutôt créatifs. « Lundi et vendredi nous travaillons à la maison, mardi et jeudi nous travaillons dans nos nouveaux bureaux à Louvain et le mercredi nous allons tous travailler à Malines », explique Ides. « Et chaque matin nous organisons une réunion “Scrum” » ajoute Han. « Nous pouvons ainsi savoir qui va travailler sur quoi et quels sont les problèmes qui ne sont pas encore solutionnés. Nous pouvons ainsi avancer plus rapidement. » Une voiture de société pour les employés de Nazka ? Il n’en est pas question. « Nous trouvons ce concept dépassé », explique Han. « Nous gagnons d’ailleurs du temps en prenant le train pour nous rendre chez nos clients ! »

Trouver les bonnes personnes est notre plus grand défi
Ne vous laissez pas distraire

« On nous dit souvent à quel point c’est “super” que nous ayons lancé notre entreprise. Mais au final, il faut simplement oser le faire », raconte Ides. « Vous ne pouvez jamais savoir à l’avance comment ça va se passer ». Il est aussi important, selon les fondateurs de Nazka, de demander conseil aux autres entrepreneurs. « Vous allez recevoir beaucoup de conseils, mais essayez de ne retenir que ce qui s’applique à votre situation. Ne vous laissez pas distraire par les sucess stories mais suivez votre propre chemin. Tout le monde ne doit pas devenir le nouveau Marc Zuckerberg. Mais vous pouvez bien sûr être tout aussi ambitieux », conclut Ides.

Restez informé

Inscrivez-vous pour recevoir nos actualités dans votre boîte mail.